Portrait : Sylvie Kandé de Beaupuy

Par Carine Guicheteau.

Elle ne savait pas que c’était impossible, alors elle l’a fait. Tel pourrait être le fil rouge de la carrière de Sylvie Kandé de Beaupuy, group ethics & compliance officer chez Airbus Group, qui a intégré le cercle très fermé des administrateurs-juristes. Le conseil d'administration d'Alstom a en effet décidé de la coopter, le 30 janvier 2017, en qualité d'administrateur d’une part et de présidente du Comité pour l’éthique, la conformité et le développement durable d’autre part.
« Cette nomination est le reflet du positionnement du groupe qui se veut à l’avant-garde des processus de compliance, explique Pierrick Le Goff, directeur juridique d’Alstom. Nommer un compliance officer au plus haut niveau de la société est la preuve de l’importance qu’accorde Alstom à la conformité. La diversité du parcours de Sylvie Kandé de Beaupuy est un atout pour notre groupe. »
Une richesse professionnelle qu’elle doit tant aux professions qu’elle a exercées (clerc de notaire, avocate, directrice juridique, compliance officer) qu’aux domaines et secteurs dans lesquels elle a évolué… « Une affaire de circonstances, résume Sylvie Kandé de Beaupuy avec modestie. Un train passe rarement deux fois, il faut savoir être attentif aux opportunités et les saisir quand elles se présentent. » Car, changer de métier est loin d’être anodin, ni même aisé. « Au début des années 2000, quitter un cabinet d’avocats pour rejoindre une entreprise était extrêmement rare », souligne-t-elle. En tant que directrice juridique, elle se trouve alors confrontée à un large panel de thématiques dont la compliance. Puis, elle tombe définitivement dans la marmite de la conformité à l’occasion de son embauche chez Technip où elle crée le département conformité ex nihilo.
« La fonction compliance consiste à accompagner l’entreprise et ses collaborateurs à s’adapter à de nouvelles règles qui impliquent des changements d’habitudes, explique-t-elle. Lever les résistances liées à la transformation est un défi stimulant intellectuellement, mais aussi au niveau opérationnel et économique. Ce challenge ne peut être relevé que par un collectif, à la fois ferme et pédagogique, doté de qualités politiques, mais aussi porté par des convictions. Un administrateur par ailleurs compliance officer permet de soulever des questions qui ne l’auraient pas été autrement, un atout pour éviter des écueils aujourd’hui primordiaux. Les experts de la gestion des risques ont toute leur place dans les conseils d’administration ! »
(copyright de la photo : Airbus S.A.S. 2017 - photo de P. Masclet / master films)

 


Publié le 19/01/2018

Adhésion

Déjà 4300 adhérents, rejoignez nous.

Agenda